Programme : 4 Saint-Emilion et un Pessac, juste pour le plaisir

  • Angélus
  • Troplong-Mondot
  • Figeac
  • Cheval-Blanc
  • Haut-Brion

Le thème principal est bien sûr le millésime 90 en Saint-Emilion, mais la présence incongrue du Haut-Brion n’a finalement été regrettée par personne.

Les vins retenus sont en quelque sorte les stars de l’appellation, à l’exception d’Ausone, absent, mais qui n’est pas encore dans sa grande période.

La dégustation commence par Angélus et Troplong-Mondot, vins certes pas désagréables, mais très loin de présenter un bon rapport qualité-prix. Angélus est court, peu complexe, Troplong-Mondot plus fin mais pas plus expressif. De bons vins, mais quand on considère leurs notes et leur prix…

Figeac est un cran au-dessus, quoique pas extraordinaire. Mais plus ferme, plus charnu, il offre quand même un plaisir incomparable. En revanche, il est bien en rapport avec son prix, on ne se sent pas floué.

Une nouvelle fois, après vingt ans, les (vrais) premiers crus montrent toute leur supériorité. Cheval-Blanc et Haut-Brion sont de vrais bulldozers qui renversent tout sur leur passage ! Exceptionnels à tout point de vue, ils sont au même niveau de qualité, avec une expression différente. Magnifiques. A goûter absolument.